top of page

Danielle, fondatrice des Petits Toupins

Nourrir des enfants, c’est compliqué. En tout cas, c’est le constat de Danielle Valdenaire, alumni de la saison 9 du programme Accélération Paris.


D’abord parce que l’offre des grandes surfaces est insatisfaisante pour de nombreux parents, mais aussi parce les messages du corps médical en termes d’alimentation des enfants sont contradictoires, et enfin parce que la vie professionnelle laisse peu de place pour de l’improvisation en cuisine.


Alors pour résoudre cela et agir à son échelle, Danielle a décidé de créer Les Petits Toupins. Retour sur son parcours d’entrepreneur ⤵️


Hello Danielle, pourrais-tu te présenter et nous présenter ton parcours de reconvertie ?


Danielle, fondatrice des Petits Toupins - petits pots pour bebes

Danielle : Je suis Danielle Valdenaire, fondatrice des Petits Toupins, et participante de la saison 9 de du programme Accélération de Service Compris Paris.


Je suis issue du conseil dans le secteur financier, donc rien à voir avec l’alimentation ou le secteur alimentaire. Le COVID étant passé par là avec son lot de remises en question et la maternité, j’ai décidé de créer une entreprise spécialisée dans l’alimentation infantile pour répondre à des problématiques et des besoins que j’avais en tant que jeune maman, pour aussi servir d’autres mamans.


C’est quoi exactement les Petits Toupins ?


Danielle : Les Petits Toupins, c’est un service de fabrication et de livraison d’aliments diversifiés pour enfants de 6 à 12 mois. Nous fabriquons des petits pots pour bébé qui sont uniquement préparés à partir d’ingrédients frais, locaux et de saison. L’approvisionnement se fait principalement, dans l’Oise, en Ile-de-France, auprès de petits producteurs. Nous réalisons 100% de la transformation dans notre labo. Notre objectif est de proposer des recettes saines et savoureuses pour des bébés qui révèlent dès le plus jeune âge le vrai goût des légumes et des fruits…


La transition alimentaire nécessaire à notre société se fera lorsque les personnes se mettront à cuisiner plus de choses elles-mêmes.“ - Danielle, fondatrice des Petits Toupins.

Tous tes petits pots sont donc préparés avec des fruits et légumes de saison. Mènes-tu d’autres actions particulières en termes d’écoresponsabilité ?


Danielle : Nous avons une démarche qui se veut la plus écoresponsable possible, de la fourche au compostage en faisant à la fois très attention au sourcing de nos produits et en apportant toute une réflexion sur le packaging. On a pris le parti de faire nos petits pots dans des bocaux en verre, afin d’installer dès le départ le principe de la consigne afin de limiter l’empreinte carbone au maximum.


On sait aussi que tu accordes une importance particulière à la transparence. Pourquoi ce choix ?


Danielle : C’est un gage de qualité et de respect de sa clientèle. Dans un monde idéal, j’aimerais que tous les parents fassent à manger pour leurs enfants, mais je sais que ce n’est pas toujours possible ou faisable. Les Petits Toupins c’est aussi pour encourager un maximum de parents à se mettre aux fourneaux et à faire eux-mêmes à manger pour leurs enfants. J’ai donc dès le départ voulu partager mon savoir et mes connaissances sur ce sujet. La transition alimentaire nécessaire à notre société se fera lorsque les personnes se mettront à cuisiner plus de choses elles-mêmes.



Danielle, fondatrice des Petits Toupins - petits pots pour bebes

Comment as-tu connu Service Compris et pourquoi avoir décidé de candidater au Programme Accélération ?


Danielle : Service Compris c’était une chance et un hasard, j’avais fait ma formation HCCP avec les Camionneuses qui m’avaient parlé du programme Accélération. En lisant le descriptif, je m’étais dit à l’époque que c’était un programme qui pouvait m’aider sur pas mal de choses, pour avancer là où je rencontrais le plus de difficultés sur mon business plan, et mon business modèle.


J’ai candidaté sans trop d’espoir. Je ne pensais pas que Service Compris me retiendrait car j’avais un projet qui était un peu en décalage par rapport aux candidatures classiques qui sont plus axées création de restaurants, reprise de commerces de bouche etc… Et à ma grande surprise, j’ai rencontré toute l’équipe et j’ai été retenue.


C’est une belle famille Service Compris.- Danielle, fondatrice des Petits Toupins.

Effectivement, ton projet se différencie des projets qui passent traditionnellement par l’Accélération. Service Compris. As-tu trouvé ta place dans la promotion et cette session d’Accélération ?


Danielle : Alors oui, j’ai parfaitement trouvé ma place dans cette promotion et dans ces deux jours d’accélération. Déjà parce que les mentors et toute l’équipe de Service Compris ont été d’une aide très précieuse. Aussi parce que j’ai adoré rencontrer d’autres entrepreneurs qui portaient des projets très différents. C’était génial de voir ce que chacun.e voulait faire. Je me suis pleinement sentie intégrée. C’est une belle famille Service Compris.


Le programme était complètement adapté. Il m’a vraiment aidé de bout en bout, notamment pour débloquer des choses sur la partie business plan et sur le lancement de l’activité. Confronter son business plan à un jury et avoir leurs retours, était extrêmement positif. Cela sortait des autres types d’expériences que j’avais pu avoir. J’ai déjà été “incubée” et accompagnée par d’autres acteurs. Mais là, avoir des gens qui connaissent très très bien le milieu de la restauration, in fine, ce n’était pas très éloigné de l’activité de traiteur infantile, a été et est toujours une aide très précieuse pour mon activité.


Tu dis que le programme a été d’une grande aide notamment sur la partie Business Plan. Comment cela s’est traduit ?


Danielle : J’ai fait un paquet de bêtises, comme tout le monde je pense, dans mon business plan. J’ai sous-estimé pas mal de choses au début. Je pense notamment aux dépenses de cuisine et équipements. Je n’avais aucune idée de ce qui était nécessaire. C’était complètement sous-évalué. Les coûts de production aussi étaient sous-évalués. Parfois, j’ai fait des hypothèses aussi irréalistes sur le volet ventes et traction commerciale.


L’élaboration du business plan a représenté un challenge pour toi ? Y en avait-il d’autres ?


Danielle : Sur le business plan, ce qui était très difficile c’était l’analyse de tous les coûts liés à une activité de traiteur / production alimentaire. J’avais beaucoup de mal à identifier quels étaient les investissements nécessaires, quels étaient les coûts tout simplement de production.



Y a-t-il des conseils que tu as reçus de la part de ton mentor Service Compris, que tu gardes encore en tête aujourd’hui ?


Danielle : Le premier conseil que j’ai reçu de Service Compris, c’était d’être très vigilante sur ne pas sous-estimer les coûts de lancement d’une activité. C’est un conseil que j’essaie de m’appliquer tous les jours, c’est à dire que je vois très bien que l’addition gonfle vite et sur beaucoup de sujets très divers.


L’ensemble des conseils qui tournent autour de ma politique tarifaire et plus globalement mon business model ont été très utiles. J’ai eu des retours assez différents en fonction des intervenants mais globalement ils m’ont toujours poussé à remettre en cause des hypothèses que j’avais posées il y a quelques années.


Et un dernier conseil que j’ai reçu qui m’a été très utile c’est de persévérer, de ne rien lâcher, de continuer à avancer tout le temps, même si c’est pas toujours facile.


Aujourd’hui, ton activité est lancée. Comment cela se passe ?

Dianielle et Appoline - Les Petits Toupins - Programme Accélération Service Compris 9

Danielle : Ma motivation première a été de vouloir apporter un “mieux manger” à des enfants. Tous les matins, quand je me lève, je me dis “Comment à mon échelle dans une cuisine à Nanterre, je peux proposer une offre alimentaire différente pour des enfants qui mangeront autre chose que des petits pots industriels et des gourdes?”


Alumni du programme Accélération, tu fais aujourd’hui partie de la communauté Service Compris, via WhatsApp et notre application. Qu’est-ce que tu en penses ?


Danielle : La communauté WhatsApp de Service Compris, déjà c’est une communauté qui est très dynamique, très vivante, il y a des messages assez régulièrement : des demandes d’aide, de mise en relation. J’essaie d’aider quand je peux en retour les membres du groupe. Le principe d’une communauté quoi !


J’ai eu l’occasion d’utiliser l’application de Service Compris de mise en relation. Cela m’a beaucoup aidée pour identifier un cuisiniste notamment pour mon plan d’aménagement de cuisine.



Être membre d’une communauté, c’est aussi transmettre. Alors, si tu devais transmettre 3 conseils à de futurs entrepreneurs, lesquels seraient-ils ?


Danielle : Alors, si je devais donner 3 conseils à de futurs entrepreneurs, je pense que le premier serait de bien prendre le temps de réfléchir avant de le faire. Je vois beaucoup d’entrepreneurs autour de moi qui se lancent avec beaucoup d'énergie et de passion dans des projets mais à un moment cela finit par coincer pour différentes raisons. Il est important de mûrir le projet.


Le deuxième conseil que je donnerais, c’est de ne jamais baisser les bras : on a toujours des côtés frustrants, des portes qui se ferment, voire qui se claquent. Il faut toujours continuer à avancer et ne pas se décourager au moindre obstacle.


Le troisième conseil, c’est de vraiment aimer le projet qu’on monte. C’est important d’avoir un projet en phase et en adéquation avec ses valeurs et ses centres d’intérêt personnels.



Et pour le mot de la fin, quels sont les projets futurs pour Les Petits Toupins ?


Danielle : D’abord, le lancement commercial officiel des Petits Toupins, qui représente un gros volet notamment avec le marché B2C et le marché BtoB qu’on vise derrière. En parallèle, on aimerait étoffer les gammes de produits, car pour le moment on est sur du 6-12 mois et l’objectif serait d’alimenter les enfants jusqu’à 3 ans en proposant de nouvelles recettes. Enfin, j’aimerais traiter la question du goûter pour les enfants, on a des choses à apporter sur ce sujet.


Globalement, on aimerait avoir une offre d’alimentation infantile qui reste accessible à des foyers plus modestes en réfléchissant à avoir une activité associative à côté, ou une gamme réalisée grâce à des fruits et légumes sauvés du gaspillage alimentaire et qui permettrait d’avoir des prix beaucoup plus accessibles.





La newsletter
des food-entrepreneurs.

Recevez nos actus, nos conseils venus du terrain, les histoires inspirantes de reconvertis de notre communauté devenus food-entrepreneurs et les annonces, en avant-première, des prochaines ouvertures de restaurants et commerces de bouche !

Merci pour ton abonnement !

bottom of page